Sauvegarde et restauration : M.606 et M.607 → T.59, M.644 et M.645 → T.74, M.668 et M.669 → T.91, M.673 et M.674 → T.94, M.672 et M.677 → T.95

Les M font partie de la série M.598 à M.717, motrices Thomson-UM à caisse en tôle peinte et à 2 moteurs construites en 1908. La caisse fait 13,35 m de long et comporte 3 portes. En 1936 ces motrices sont allongées à 14,2 m par reconstruction avec des caisses neuves revêtues à l’extérieur d’un tôlage vitrifié, comportent 4 portes, 2 moteurs et sont équipées en Sprague-Thomson. Entre 1958 et 1966, les M.550 à M.572 et M.598 à 737 sont réformées du service voyageurs et sont transformées en tracteurs à 2 loges et à 4 moteurs en récupérant 2 demi-M, au total 82 tracteurs seront construits de cette manière, ils seront identifiés de T.55 à T.99 et T.200 à T.245.

M.606 et M.607 → T.59 (RATP)
C’est en avril 1958 que les 2 motrices ont été transformées en un unique tracteur.
Véhicule sauvegardé par la RATP (Villeneuve-Saint-Georges).

M.644 et M.645 → T.74 (ADEMAS)
Document réalisé par Paul CARDON, qui résume en dessins l’histoire de ce tracteur.
B.N. n° 34 : projet de récupérer le tracteur de travaux auprès de la RATP, ainsi que des groupes électrogènes de conception récente dont l’un pour ce tracteur.
B.N. n° 35 : le tracteur doit être livré prochainement au camp des Matelots et sera équipé d’un groupe électrogène de 180 KVA acquis en novembre 2004.
B.N. n° 36 : le tracteur a été livré le 4 juin 2005, les travaux vont débuter dessus.
B.N. n° 37 : révision du tracteur avec montage du groupe électrogène et du redresseur, remise en état de marche du tracteur, et en état d’origine de la loge arrière en couleur grise, première présentation du tracteur aux journées du patrimoine avec seulement le groupe moteur n° 1 (bogie et équipement avant) en service ; après ces journées les travaux débutent sur l’équipement électrique de la loge arrière qui était resté en l’état et hors tension, la rénovation esthétique de la loge avant débute également, la mise à nu du châssis permet de le peindre et un parquet est posé sur la plate-forme.
B.N. n° 38 : grâce à l’installation de colonnes de levage, les travaux de mise en place de la marche lente sur le tracteur vont avoir lieu, la marche lente consiste à avoir pendant la première phase de démarrage tous les moteurs en série et l’élimination progressive des résistances qui sont aussi en série dans le circuit, pendant la deuxième phase les moteurs en série d’un bogie sont mis en parallèle des moteurs de l’autre bogie avec de nouveau toutes les résistances en série, qui sont progressivement éliminées, les résistances utilisées sont celles de la loge avant ; pour la marche normale, pendant la première phase les moteurs d’un bogie sont en série, puis sont mis en parallèle lors de la deuxième phase, chaque bogie est indépendant, donc le bogie avant est alimenté par les contacteurs et résistances de la loge avant, et le bogie arrière est alimenté par les équipements de la loge arrière.
B.N. n° 39 : poursuite des travaux d’implantation de la marche lente.
B.N. n° 40 : le 9 avril 2007 ont eu lieu les essais et la validation du dispositif de la marche lente, son fonctionnement satisfaisant ouvre la voie pour les travaux sur la M.340.
B.N. n° 42 : lors de la circulation de la journée des adhérents du 29 juillet 2007, une rame à 5 voitures était utilisée et le T.74 était la seule motrice, démontrant les capacités maximales de la marche lente.
B.N. n° 47 : résolution d’un incident électrique dû au défaut d’une pièce isolante.

M.668 et M.669 → T.91 (ADEMAS)
B.N. n° 46 : récupéré auprès de la RATP et livré le 26 août 2009 au camp des Matelots.
B.N. n° 47 : début des travaux qui dureront longtemps (démontages, décapage progressif, révision des contacteurs), nettoyage et révision de certaines pièces des bogies dont les essieux ont été réprofilés.
B.N. n° 50 : poursuite de la réfection du tracteur.
B.N. n° 52 : avancée sur la réparation de la loge avant.
B.N. n° 53 : les bogies ont été révisés et les essieux reprofilés, un bogie en 2011, l’autre en 2012, finalisation de la peinture de la loge avant, et repose d’équipements.
B.N. n° 54 : le tracteur est rendu actif au freinage, les derniers équipements de la loge avant sont remontés, les baies vitrées sont posées là où elles avaient été tôlées au fil des ans et une tôle cabossée est répararée.

M.673 et M.674 → T.94 (particulier)
B.N. n° 18 : le tracteur sera récupéré auprès de la RATP et livré en Mayenne courant janvier 1998 pour l’ADEMAS, ce tracteur qui a cessé de circuler début décembre 1997 sur le réseau, a conservé ses parties de caisse ancienne et son état technique est bon, mais la caisse devra faire l’objet de quelques travaux conservatoire avant d’envisager une remise en livrée grise des années 60, il a été désamianté.
B.N. n° 19 : le tracteur est livré le 20 janvier 1998, mais son arrivée a montré la nécessité de poser quelques aiguillages.
B.N. n° 24 : le tracteur a été partiellement repeint et traité contre la corrosion, ses portes en bois ont été restaurées, les travaux de peinture stoppés pendant l’hiver reprendront au printemps 2000.
B.N. n° 25 : grâce à un wagonnet avec génératrice à courant continu récupéré temporairement auprès du COPEF, la lumière, le compresseur et les contacteurs ont été remis en marche, le 14 août 2000 marque le premier jour de circulation avec l’électricité d’un des véhicules en Mayenne puisqu’un essai de traction est réalisé avec succès sur le tracteur, le poids de l’ensemble tracteur et wagonnet, la faible puissance et la configuration de la voie ne permettent pas toutefois de circuler sur toute la longueur de voie disponible.
B.N. n° 26 : le 7 juillet 2001 les adhérents pourront s’exercer à la conduite du tracteur sur quelques mètres, la pose du compresseur est prévue au printemps rendant le tracteur totalement autonome.
B.N. n° 27 : le compresseur a été reposé et des travaux ont aussi eu lieu sur le circuit pneumatique de freinage, mais une avarie sur le compresseur n’a pas permis aux adhérents de voir fonctionner correctement le tracteur, avarie résolue le lendemain et le tracteur freinant désormais efficacement a pu circuler en autonomie avec la ABm.5.
B.N. n° 52 : cession du véhicule à un particulier, l’association n’ayant pas de projet réaliste pour ce véhicule.

M.672 et M.677 → T.95 (détruit)
Après avoir été dans une réserve RATP, ce véhicule a disparu en 2013.

Retour à la sauvegarde et restauration de matériels roulants.
Page mise à jour mardi 10 janvier 2017.