Informations sur les circuits en trains spéciaux

Des recherches, effectuées aussi bien à la RATP que dans différentes associations, ont permis de faire un historique des circuits en trains spéciaux composé de matériel Sprague-Thomson dès 1972, donc bien avant la création de l’ADEMAS.

L’ADEMAS a organisé son premier circuit dans la journée du 20 juin 1992 avec la rame Sprague-Thomson grise A.411.

Les compositions des trains spéciaux ont varié au fil du temps et des besoins :
– M.1308-Bb.713-Ab.411-Bb.782-M.429 du circuit du 31 janvier 1987 à celui du 5 décembre 1992 ;
– M.1308-Bb.713-Ab.411-Bb.782-M.429-M.270 pour le circuit du 17 octobre 1992 ;
– M.1269-Bb.761-Ab.475-Bb.453-M.1322 du circuit du 12 janvier 1985 à celui du 10 octobre 1987 ;
– M.333-Bb.761-Ab.475-Bb.434-M.1266 du circuit du 8 novembre 1987 à celui du 7 février 1991 ;
– M.1350-Bb.761-Ab.475-Bb.434-M.1266 du circuit du 9 mars 1991 à celui du 10 juin 1995 ;
– M.1350-Bb.761-Ab.475-Bb.434-M.1269 du circuit du 7 octobre 1995 à la rénovation ;
– M.1350-Ab.475-M.1269 pour les circuits sur la ligne 3bis avant rénovation ;
– M.1269-Bb.761-Ab.475-Bb.434-M.1350 depuis la rénovation jusqu’en juin 2007 ;
– M.1350-Bb.761-Ab.475-Bb.434-M.1269 depuis juin 2007.

La rame Sprague-Thomson A.475 composée des voitures Ab.475, Bb.434, Bb.761, M.1269 et M.1350, a été classée Monument Historique le 18 décembre 1998. Pour les manifestations liées au centenaire du métro en 2000 et afin que cette rame puisse garder son autorisation de circuler avec voyageurs, elle a dû être profondément révisée, des modifications sur les équipements électriques et de freinage ont été apportées pour la rendre compatible avec la réglementation en vigueur. Néanmoins certaines modifications n’ont pu y être implantées, celles de la veille automatique (homme mort) et de l’arrêt automatique provoquant l’arrêt du train au franchissement d’un signal fermé, donc un 2e agent est toujours nécessaire avec le conducteur. Les compétences de l’ADEMAS ont été sollicitées lors de cette rénovation pour la remise à niveau esthétique.

La RATP n’ayant pas rénové et modifié d’autres motrices ou remorques, toute modification de la composition de ce train est impossible pour la circulation avec voyageurs, ce qui immobilise l’ensemble du train en cas d’avarie à l’une des voitures. Espérons que cette situation changera un jour, avant qu’il ne soit trop tard.

Après l’incident survenu le 16 septembre 2007 lors du circuit « métropolitain tour », les trains spéciaux (avec voyageurs) ne sont plus autorisés à passer par les voies secondaires (raccordements, ateliers, …), donc fin des circuits ADEMAS.

Lorsque ce train n’était pas disponible, l’ADEMAS utilisait des MF67 ou MF77 pour ses circuits, mais ces rames ne sont pas équipés d’origine des frotteurs spéciaux pour les lignes à roulement sur pneumatiques, ce qui exclut déjà 5 lignes.

Les diverses sommes dues à la RATP pour l’organisation des circuits de nuit représentaient la majeure partie des recettes des circuits, le reste des recettes finançait les autres activités de l’association dont principalement celles de sauvegarde et de restauration des matériels roulants que l’ADEMAS possède.

Toutes les lignes ont été empruntées par les Sprague-Thomson lors des différents circuits, y compris l’actuelle ligne 14 et la 7bis (ligne un peu spécifique depuis la présence du MF88).

Retour aux circuits sur le réseau Métro de la RATP.
Page mise à jour samedi 22 octobre 2016.